Publications

La Philosophie du Bouddha
(2e édition)

Lis Editions

Dans cet ouvrage, l’auteur donne la traduction intégrale de dix textes du Corpus canonique et, et en même temps, il discute longuement plusieurs points fondamentaux de la philosophie bouddhique communs à toutes les écoles de cette religion. C’est la première fois que ces textes anciens sont traduits en français. L’auteur* porte ainsi à la connaissance des lecteurs francophones les enseignements doctrinaux qu’ils contiennent et les témoignages qu’ils offrent, avec tant de vie et de fraîcheur. Le lecteur trouvera aussi ici un chapitre très intéressant qui donne des éclaircissements sur la renaissance et les kamma, sujets souvent mal compris en Occident.

Ce livre, par son approche, son contenu et sa bibliographie, constitue un ouvrage de référence qui a sa place dans toutes les bibliothèques consacrées aux sciences humains en général et au bouddhisme en particulier.

La philosophie du Bouddha,
Préface : Guy Bugault,
Editions LIS, Paris, 2000.
330 pages
ISBN 2-912117-02-X .

Dīgha-nikāya
(Tome I)

Lis Editions

Le Dīgha-nikāya qui contient 34 suttas (skt. sutras) est le premier ouvrage du Sutta-pitaka pali. La plupart de ces textes rapportent les entretiens du Bouddha avec ses interlocuteurs : des aristocrates, des brahmanes érudits, des chefs religieux, etc. Dès le premier sutta on voit la spécificité de la position bouddhique par rapport aux théories philosophiques et aux pratiques religieuses de l’époque.

Les études bouddhiques en France ont commencé il y a plus de 175 ans. Cependant, c’est la première fois qu’une traduction intégrale du
Dīgha-nikāya est présentée aux lecteurs francophones.
La traduction si précise et limpide à la fois, de Môhan Wijayaratna* contribue à faire accéder un plus large public à cet ouvrage monumental qui est la partie importante d’une des littératures les plus anciennes de l’humanité, en tant que le premier livre du Canon bouddhique.

La traduction de chaque sutta du Dīgha-nikāya est précédée par une introduction et cela aide le lecteur à avoir une idée claire sur le contexte philosophico-religieux du récit concerné.

Dīgha-nikāya (Recueil de 34 longs suttas)
Le premier livre du Sutta-pitaka, Tome 1
Editions LIS, Paris, 2007.
308 pages
ISBN 2-912117-04-6

Dīgha-nikāya
(Tome II)

Lis Editions


Dīgha-nikāya (Recueil de 34 longs suttas)
Le premier livre du Sutta-pitaka Tome II
363 pages.
ISBN 2-912117-04-5.

Traduction intégrale du pali, introduction et notes

par

Môhan Wijayaratna*


Dīgha-nikāya
(Tome III)

Lis Editions


Dīgha-nikāya (Recueil de 34 longs suttas)
Le premier livre du Sutta-pitaka Tome III
398 pages.
ISBN 2-912117-06-02.

Traduction intégrale du pali, introduction et notes

par

Môhan Wijayaratna*

Le Renoncement au monde

Lis Editions

Dans le bouddhisme et dans le christianisme

Une étude comparée sur le monachisme bouddhique et
sur le monachisme chrétien du Désert (IVe siècle)


Dans ce livre, Môhan Wijayaratna* se propose d’examiner les similitudes et les différences entre la conduite des moines bouddhistes et celle des moines chrétiens du Désert en ce qui concerne le renoncement au monde. Les trois domaines de la vie monacale : la pauvreté, la chasteté et l’obéissance, sont donc les thèmes majeurs de cette étude. Un chapitre est également consacré à savoir jusqu’à quel point ces moines s’étaient écartés physiquement du monde.

L’auteur a déjà publié des ouvrages sur les moines et les moniales bouddhistes, qui ont été traduits en plusieurs langues. Aujourd’hui, en présentant cette œuvre, il comble une lacune dans le domaine de l’étude comparée du renoncement. L’auteur met ici clairement en perspective deux traditions monastiques. Il observe des points de convergence dans les pratiques et les vertus, en remarquant toutefois que leurs objectifs ne sont pas toujours identiques.

Le renoncement au monde dans le bouddhisme et dans le christianisme,
Editions LIS, Paris, 2002,
307 pages.
ISBN 2-912117-03-8308


Au-delà de la mort

Lis Editions

Est-ce que la vie s’arrête à la mort ? Ou bien va-t-elle au-delà ? Pourquoi une survie après la mort ? Comment ? Dans quelles conditions ?

Une existence future, d’une façon ou d’une autre (à la suite d’une résurrection, d’une réincarnation ou d’une renaissance), est un fonds commun à toutes les religions.

Voici un livre qui explique en détail comment le bouddhisme originel voit ce problème. A l’aide des textes du Corpus canonique l’auteur discute ici des sujets tels que : le fondement doctrinal de la notion de renaissance, l’attitude du Bouddha face à la question de l’au-delà, l’influence de la pensée du mourant sur sa vie future, etc. Ce livre aborde également un autre thème important lié essentiellement aux renaissance : les karmas et leurs résultas. Enfin, l’auteur présente la traduction intégrale de dix textes canoniques concernant la mort, les karmes et la renaissance.

Cet ouvrage offre ample matière à réflexion sur le sujet de la vie et de la mort, constituant ainsi un document indispensable dans le domaine du dialogue inte-religieux et inter-culturel.

Au delà de la mort,
Editions LIS, Paris, 1996,
177 pages.
ISBN 2-912117-00-03.

Le dernier voyage du Bouddha

Lis Editions

Dans n’importe quelle religion, les derniers jours de son fondateur constituent un événement très significatif. Les gens qu’il a rencontrés à la fin de sa vie, les lieux qu’il a visités pendant ses derniers déplacements et les idées qu’il a exprimées au dernier moment, sont extrêmement importants du point de vue de l’histoire des religions.
Les derniers jours du Bouddha et ses ultimes paroles sont rapportés dans le texte intitulé Maha-Parinibbana-sutta/ qui est le plus long récite du canon canonique. Dès le IIIe siècle avant J.-C., divers incidents relatés dans ce texte constituèrent, une source inépuisable pour les sculpteurs et les peintres bouddhistes de nombreux pays d’Asie.
Grâce à la traduction intégrale faite par Môhan Wijayaratna, les lecteurs francophones ont accès pour la première fois, à ce texte ancien.
Dans ce livre, Môhan Wijayaratna clarifie en détails des points doctrinaux et des éléments culturels liés aux événements en question. A travers le Maha-Parinibbana-sutta, il examine aussi l’évolution socio-religieuse qui se produit chez les bouddhistes pendant deux siècles depuis la disparition du Bouddha, c’est-à-dire du Ve siècle au IIIe siècle avant J.-C.
Cet ouvrage est à lire par ceux qui veulent connaître le bouddhisme et la civilisation bouddhiste, mais il s’adresse également à tous ceux qui s’intéressent à l’anthropologie culturelle et aux études asiatiques.


Le dernier voyage du Bouddha,
Avec la traduction intégrale du Maha-Parinibbana-sutta ,
Editions LIS, Paris, 1998,
242 pages.
ISBN 2-91-2117-01-1

L’auteur

Lis Editions

Môhan Wijayaratna, anthropologue et bouddhologue, docteur en anthropologie, docteur d’État ès lettres, Professeur invité de diverses universitaires de Kyoto et de Tokyo, est l’auteur de nombreux ouvrages sur les différents aspects du bouddhisme.

Il a mis à la disposition des lecteurs francophones la traduction intégrale de nombreux textes du Canon bouddhique. Par ses travaux, il a contribué à faire accéder un plus large public à un corpus qui demeure la nourriture spirituelle de centaines de millions d’hommes.

Expert en pali et sanskrit, il a travaillé pendant de nombreuses années sous la direction du professeur André BAREAU (1921-1993) du Collège de France. Aujourd’hui, il est reconnu par les milieux universitaires, ainsi que par les communautés bouddhiques en Occident, comme l’un des grands spécialistes du bouddhisme ancien et moderne.



Introduction | Publications | Other Books

© 2007 Onek Lanka (Pvt) Ltd. All Rights Reserved